imageLarge

Depuis la Renaissance au moins, le monde occidental est caractérisé par une stricte séparation entre l’Homme et le reste du monde. Dans ce reste, se trouvent les animaux.

Si Bêtes et Hommes partagent une même structure physique – corps humains et corps animaux sont soumis aux mêmes règles, notamment biologiques –, l’Homme a longtemps revendiqué une position à part : lui seul aurait le privilège de l’âme, de la conscience ou encore de la raison.

Cette rupture entre les humains et le reste des êtres vivants a, bien sûr et de tout temps, été mise en question. Qu’il suffise de penser à Montaigne qui dénonçait, à la fin du XVIe siècle déjà, la présomption et la vanité de l’Homme s’imaginant supérieur aux autres créatures.

Quoi qu’il en soit du trouble originaire de la frontière entre l’ordre de la nature et l’ordre de la culture (comprendre : la culture humaine), force est de constater que le primat prétendu des hommes – et leur isolement – informent en profondeur nos manières de vivre. Nos rapports avec les animaux s’en trouvent fortement marqués. De façon générale, nous les considérons comme des ressources ou des outils. Alimentation, transport, expérimentation, divertissement (zoos et cirques), soin (zoothérapie), etc. : la liste est longue des emplois des animaux par l’humain.

Ces dernières années, pourtant, les lignes bougent. De plus en plus de membres de la population interrogent ces pratiques et les mettent en question. Les actions en faveur de la cause animale se multiplient : appel à manger moins de viande, défense d’un élevage – et d’un abattage – plus respectueux du bien-être animal, limitation des expérimentations sur les animaux, etc. La Déclaration de Cambridge (2012), reconnaissant la conscience animale, ou encore, chez nous, le nouveau Code Wallon du bien-être animal (2018) témoignent de ce mouvement.

La problématique est complexe et charrie dans son sillage bien des questionnements : c’est notre rapport au monde dans son ensemble qui se trouve ébranlé.

Pour vous aider à vous positionner à l’égard de ce problème délicat, Réjouisciences a rassemblé quelques ressources dans un dossier thématique. Ce dossier est mis en ligne à l’occasion de la conférence "Homme et Animal : vers un nouveau paradigme ?" (24/2/21 – Sciences.be) : 

vid-img-1
Youtube

Homme et Animal

Des avancées scientifiques montrent que, tout comme l’Homme, les animaux éprouvent des émotions, certains d’entre eux auraient même conscience d’exister !

 

Apologie de Raymond Sebond

La présomption est notre maladie naturelle et originelle. La plus malheureuse et la plus frêle de toutes les créatures, c’est l’homme, et en même temps [dit Pline] la plus orgueilleuse […] C’est par la vanité de cette même pensée que l’homme s’égale à Dieu, qu’il s’attribue les qualités divines, qu’il se distingue lui-même et se sépare de la foule des autres créatures, taille les parts des animaux ses confrères et compagnons, et leur distribue telle portion de facultés et de forces que bon lui semble. Comment connaît-il, par l’action de son intelligence, les mouvements internes et secrets des animaux ? Par quelle comparaison d’eux avec nous conclut-il à la stupidité qu’il leur attribue ?
(In Montaigne, Essais, "Apologie de Raymond Sebond", 1580)

Ressources

Pour comprendre les relations entre les humains et les non-humains en Occident (et ailleurs), on consultera très opportunément l’œuvre de l’anthropologue Philippe Descola, notamment :

  • DESCOLA Philippe, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard, 2005.
  • DESCOLA Philippe (dir.), La Fabrique des images. Visions du monde et formes de la représentation, Paris, Musée du quai Branly, 2010.
  • Pour approcher la figure et la pensée de cet anthropologue : "Philippe Descola, arpenteur du monde", La Marche scientifique, France Culture, mis en ligne le 20 décembre 2012. Biens d'autres émissions sont disponibles pour appréhender les théories de Philippe Descola.
  • A destination d'un public plus jeune : DESCOLA Philippe, Une Ecologie des relations, Paris, CNRS Editions/De vive voix, 2019.
  • Professeur au Collège de France (chaire d'Anthropologie de la nature, 2000-2019), certaines leçons et les résumés annuels des cours de Philippe Descola sont disponibles en ligne.

La philosophe Elisabeth de Fontenay a consacré une large part de ses travaux à la question animale. Citons, par exemple :

  • de FONTENAY Elisabeth, Le silence des bêtes. La philosophie à l'épreuve de l'animalité, Paris, Fayard, 1998.
  • de FONTENAY Elisabeth (avec Alain FINKIELKRAUT),  Des hommes et des bêtes, Genève, éditions du Tricorne, 2001.
  • de FONTENAY Elisabeth, Sans offenser le genre humain. Réflexions sur la cause animale, Paris, Albin Michel, 2008.

La Cité des Sciences et de l'Industrie propose une série de conférences en ligne sur la thématique des "Animaux" : expérimentations, environnement, intelligences animales, etc. sont abordés aux cours de conférences à destination des jeunes (et des moins jeunes).

Législation, questions juridiques et bien-être animal

Elevage, abattoir et industrie alimentaire

Expérimentations

Ethologie

  • BEATA Claude (dir.), La peur. De l'animal à l'humain, de l'éthologie à la pathologie, Solal, 2011.
  • BIMBENET Etienne, Le complexe des trois singes. Essai sur l'animalité humaine, Paris, Le Seuil, 2017 : un ouvrage dont l'auteur revendique la sépcificité humaine, contre le zoocentrisme qui affirme que l'homme est un animal comme les autres.
  • DESPRET Vinciane et LARRERE Raphaël (dir.), Les animaux. Deux ou trois choses que nous savons d'eux. Ouvrage issu du colloque de Cerisy (2-9 juillet 2010), Paris, Hermann, 2014.
  • DESPRET Vinciane, Que diraient les animaux si on leur posait les bonnes questions, Paris, La découverte, 2012.
  • DESPRET Vinciane, Le chez soi des animaux, Arles, Actes Sud, 2017: un ouvrage publié à l'occasion de l'anniversaire de l'ouverture au public du parc botanique et zoologique de Branféré et à destination particulièrement des jeunes lecteurs. 
  • DESPRET Vinciane, Habiter en oiseau, Arles, Actes Sud, 2019.
  • ENGLEBERT Jérôme et FOLLET Valérie (dir.), Adaptation. Essai collectif à partir des paradigmes éthologiques et évolutionnistes, MJW-Fédition, Saint-Martin-de-Blagny, 2016.
  • LE NEINDRE P., DUNIER M., LARRERE R., PRUNET P. (coord.), La conscience des animaux, Versailles, Editions Quae, 2018.
  • MOUNIER Luc (coord.), Le bien-être des animaux d’élevage, éd. Quae, 2021.
  • MORIZOT Baptiste, Les Diplomates. Cohaibiter avec les loups sur une autres carte du vivant, Marseille, Editions Wildproject, 2016.
  • MORIZOT Baptiste, Sur la piste animale, Paris, Actes Sud, 2017.
  • MORIZOT Baptiste, Manières d'être vivant. Enquêtes sur la vie à travers nous, Paris, Actes Sud, 2020.
  • RENCK J. L. et SERVAIS Véronique, L’éthologie. Une histoire naturelle du comportement, Paris, Seuil, 2003.
  • SERVAIS Véronique et MILLOT Jean-Louis, "Les interactions entre l’homme et les animaux familiers : quelques champs d’investigation et réflexions méthodologiques", in Ethologie appliquée aujourd’hui, t. 3, 2003.
  • SERVAIS V. et VILLERS GRAND CHAMPS B., "La médiation animale comme dispositif technique", in SERVAIS C., La médiation. De la théorie aux terrains, Bruxelles, De Boeck, 2016.
  • POUYDEBAT Emmanuelle, "Intelligences animales : cervelle d'oiseaux et mémoire d'éléphants", conférence en ligne de L'Espace des sciences, 5 mars 2020.
  • Deux primatologues ont fortement marqué l'approche et la compréhension des animaux : Frans de WAAL (L'âge de l'empathie. Leçons de la nature pour une société solidaire, Paris, Les Liens qui libèrent, 2010 ; Sommes-nous trop "bêtes" pour comprendre l'intelligence des animaux ?, Paris, Les Liens qui libèrent, 2016 ; La dernière étreinte, Paris, Les liens qui libèrent, 2018) et Jane GOODALL (Through a window : my thirty years with the chimpanzees of Gombe, Boston, MA : Houghton Mifflin, 1990).

Histoire

  • BARATAY Éric, Et l’homme créa l’animal. Histoire d’une condition, Paris, Odile Jacob, 2003.
  • BARATAY Eric, Le point de vue animal. Une autre version de l'histoire, Paris, Seuil, 2012.
  • DELORT Robert, Les animaux ont une histoire, Paris, Seuil, 1993 (éd. originale 1984).
  • POUILLARD Violette, Histoire des zoos par les animaux. Impérialisme, contrôle, conservation, Seyssel, Champ Vallon, 2019.

Partagez cette page