Pi Day 2021

Matinée scolaire (en ligne)


Infos

Dates
Le 10 et le 12 mars 2021
Lieu
En ligne
Horaires
11h-12h
S'inscrire

A l'occasion du Pi Day, le Département de Mathématique et Réjouisciences présentent une action de vulgarisation à destination des classes de 5e et 6e secondaire. Avec des exposés d'Aline Parreau & Éric Duchene, Adrien Deliège et Michel Rigo.

En pratique : trois exposés “exclusifs” seront disponibles en streaming à partir du lundi 8 mars 2021 et pour donner vie à ces exposés, une table ronde “en direct” avec les intervenants organisée à deux dates : le mercredi 10 mars et le vendredi 12 mars de 11 heures à midi. Les différents liens seront fournis après inscription (gratuite) individuelle ou par classe.

Au menu :

Le morpion, un jeu d'enfant ?

Par Madame X (Aline Parreau) et Monsieur O (Eric Duchene) (Université Claude Bernard Lyon 1)

Qui n'a jamais joué au Morpion pendant de longues heures de cours ? Pourtant, en y jouant quelques parties, on constate rapidement qu'en jouant au mieux, on finit toujours sur un match nul, rendant ce jeu plutôt ennuyeux. Pour autant, ce jeu n'a pas encore dévoilé tous ses secrets. En particulier pour les informaticiens et les mathématiciens qui l'étudient sur des grilles beaucoup plus grandes ou avec des règles légèrement modifiées. Par exemple, vous serez surpris d'apprendre qu'en jouant au morpion dans sa variante où le joueur X cherche juste à empêcher O de faire une ligne, alors le joueur O a toujours une façon de gagner ! Que se passe-t-il aussi si l'on cherche à faire des lignes de 4, de 5, de 6... sur des grandes grilles ? Le jeu se rapproche alors un peu plus du "Puissance 4" et il existe des questions intéressantes toujours non résolues sur ce jeu. Au-delà du jeu du morpion, et comme pour beaucoup d'autres jeux abstraits à deux joueurs (les échecs, les dames...), nous essaierons de vous donner un aperçu de ce que signifie "faire des maths pour résoudre un jeu".

Les mathématiques de l'intelligence artificielle

Par Adrien DELIÈGE (ULiège)

L'intelligence artificielle est désormais présente dans nos vies sous de nombreuses formes, que ce soit via la détection de visages dans Snapchat ou Facebook, la suggestion personnalisée de programmes Netflix, la conduite autonome de voitures Tesla, ou encore la reconnaissance vocale d'Alexa. Derrière ces technologies de pointe se cachent de nombreux concepts mathématiques qui permettent aux chercheurs d'apprendre aux ordinateurs à réaliser de telles tâches. Le plus fascinant dans tout ça ? Les fondements mathématiques de l'IA sont simplement des concepts étudiés en secondaire et judicieusement exploités ! Dans cet exposé, nous verrons comment utiliser les maths, en particulier la notion de dérivée, pour entraîner une intelligence artificielle sur une tâche de classification d'images. Nous verrons aussi quelques exemples d'applications concrètes de l'IA, et discuterons des limites et problèmes liés à ces systèmes intelligents.

La matrice cachée de Google

Par Michel RIGO (ULiège)

Inutile de le présenter : Google est le moteur de recherche le plus connu et le plus utilisé au monde. Mais comment les concepteurs de Google font-ils pour classer les milliers de pages se rapportant à un mot-clé donné, de façon telle que les pages les plus représentatives occupent toujours les premières positions du classement ? Ce tour de force repose sur de véritables résultats mathématiques combinant théorie des graphes et algèbre linéaire. La crise sanitaire m’aura empêché de présenter mon exposé fétiche, le voici en format “virtuel” !

Partagez cet agenda