Recherches et... Hautes-Fagnes !


La station scientifique du Mont-Rigi est un lieu privilégié pour étudier de près les particularités des milieux des Hautes-Fagnes et de la haute Ardenne. Découvrez quelques-unes de ses recherches…

2560 1440 RIGI-01 

Les lithalses : des cicatrices géomorphologiques qui datent du dernier âge glaciaire

Ces formes circulaires, qui font d'abord penser à des cratères d'impact, sont le résultat d'un phénomène géomorpholologique survenu à la fin de la dernière période de glaciation connue par notre planète, il y a environ 12.000 ans.

Visibles dans la Brackvenn et dans la Fagne de Malchamps, mais aussi cachées sous la tourbe dans d’autres endroits du haut plateau fagnard, les lithalses ont suscité plusieurs théories quant à leur processus de formation. Leur apparence de cratère n’a cessé d’intriguer les chercheurs depuis plusieurs décennies.

Elles sont également rares sous nos latitudes, ce qui représente un autre caractère original du milieu des Hautes-Fagnes.

(Texte issu du site de la Station scientifique)

 

En savoir plus : 

Formation des lithalses en deux mots

Publications d'Étienne Juvigné et Albert Pissart dans Orbi

Le site de la station scientifique

 

Des Tétras lyres dans le parc naturel

L’un des objectifs majeurs de la Station Scientifique est de poursuivre sa vocation de centre de recherche pour la biologie de la conservation. C'est dans ce cadre que s'inscrit aujourd'hui le programme de renforcement de la population de Tétras lyres dans la réserve naturelle des Hautes-Fagnes.

Depuis 50 ans, à l’instigation du Pr émérite Jean-Claude Ruwet, le service d’éthologie de l’Université de Liège étudie le comportement, les structures sociales et la dynamique des populations du Tétras lyre, oiseau montagnard et nordique, symbole des Hautes-Fagnes. Installée chez nous il y a 10 000 ans, l’espèce était encore abondante il y a 40 ans. Mais ces dernières années,  seul subsistait, en région wallonne, un petit noyau de quelques individus.

Un projet de renforcement est alors élaboré afin  de donner un souffle nouveau à la dernière population de Tétras lyres (Tetrao tetrix) qui subsistait dans la réserve naturelle domaniale des Hautes Fagnes.

L’enjeu est d’aider l’espèce à retrouver un niveau de population viable à moyen puis à plus long terme (entre 80 et 160 individus mâles et femelles confondus), afin de sauver le Tétras de l’extinction en Belgique.

(Texte issu du site de la Station scientifique)

 

En savoir plus : 

Contribution au sauvetage des Tétras lyres des Hautes-Fagnes

Translocation de Tétras lyres en Hautes Fagnes

Le site de la station scientifique

 

Bois d’épicéa et plan de gestion

Avant de privilégier la protection écologique des Hautes-Fagnes, il a d’abord été question de trouver un moyen de les mettre en valeur économiquement. Au milieu du 19e siècle, au cœur de la Révolution industrielle, le bois d’épicéa était régulièrement employé pour confectionner les charpentes des galeries de mines de charbon. Espèce à croissance rapide, quelques dizaines d’années suffisent pour obtenir un sujet exploitable, couvrir de vastes espaces de plantations d’épicéas, c’était créer une source d’approvisionnement avantageuse de ce matériau. Par la suite, l’épicéa sera aussi utilisé pour la pâte à papier et la caisserie.

Malheureusement, ces plantations nécessitent un drainage des sols qui causa la dégradation des tourbières fagnardes (une tourbière a besoin d’une grande quantité d’eau pour se développer). En 1957, date de la création de la réserve naturelle, il était grand temps de mettre un frein à cette exploitation intensive qui aurait mené à la disparition des tourbières actives.

Au cours des décennies suivantes, les chercheurs de la station scientifique des Hautes Fagnes participent activement au plan de gestion de la réserve naturelle notamment grâce aux fruits de leurs nombreuses recherches sur les milieux fagnards. Parmi les mesures recommandées dans ce plan, l’arrêt des plantations d’épicéas dans la réserve et la suppression progressive des plantations existantes.

Aujourd’hui, des scientifiques de l’ULiège perpétuent l’implication de l'Université dans la gestion de la réserve, notamment au sein de la Commission de Gestion Consultative des Réserves Naturelles Domaniales des Hautes-Fagnes. 

(Texte issu du site de la Station scientifique)

 

En savoir plus : 

Présentation du plan de gestion de la réserve naturelle (1985)

Sur le travail de la Commission de Gestion

Publication : Sylviculture et qualité du bois de l’épicéa en Région Wallonne

Un aperçu des recherches sur les milieux fagnards

Le site de la station scientifique

Partagez cette page