Roland Lehoucq : SF La science mène l'enquête


Avouons-le d’emblée : je suis une littéraire obtuse. Je porte en bannière mon inaptitude à résoudre une équation du deuxième degré. Quant à la science-fiction, sans la mépriser tout à fait, je m’en tiens à bonne distance. Mais la maison ne reculant devant aucun sacrifice et sachant faire contre mauvaise fortune bon cœur, j’ai accepté l’invitation de mes collègues à lire Roland Lehoucq, SF : la science mène l’enquête (Paris, Le Pommier, 2011).

Loin de mes réticences premières, je n’ai eu qu’à m’en féliciter.

Rapidement, le lecteur se laisse entraîner par Lehoucq. Celui-ci, armé de théories physiques et de calculs mathématiques, se révèle un génial explorateur tout terrain. Romans, films, séries télévisées : aucune région du territoire de la SF n’échappe à l’esprit aiguisé de l’enquêteur qui n’hésite pas à accompagner ses développements de dessins, diagrammes et autres bibliographies thématiques pour rendre son propos accessible aux néophytes.

Pouvons-nous explorer le cœur de la Terre, comment construire un ascenseur pour nous rendre sur la Lune, pourquoi l’homme-fourmi Antman sent-il mauvais, quelles sont nos chances de coloniser la galaxie ou encore le ciel peut-il nous tomber sur la tête ? Voici, pêle-mêle, quelques questions soulevées par la science-fiction dont les hypothèses, envisagées très sérieusement par l’astrophysicien, sont tantôt rejetées, tantôt retenues (moyennant tout de même quelques aménagements). Ainsi, l’examen minutieux de scénarios complètement farfelus – au premier abord, du moins – est-il l’occasion d’engranger quantité de connaissances scientifiques.

Le lecteur subit, malheureusement, de terribles déconvenues : non, nous ne pourrons jamais fabriquer une machine à voyager dans le temps et, vraisemblablement, on nous a menti sur les origines de Superman. En outre, malgré l’immense talent pédagogique de Lehoucq, les esprits les moins avertis ne manqueront pas du buter sur l’une ou l’autre expression ésotérique, du genre « la racine carrée du quotient de la masse » (???). Qu’à cela ne tienne ! Rien ne peut entamer le plaisir, réel, du lecteur. Tout en faisant le plein de connaissances scientifiques autant que littéraires ou cinématographiques, nous sommes pris au jeu des questions (quasi) invraisemblables. Curiosité et imagination tournent à plein régime. C’est en ouverture d’esprit, peut-être davantage qu’en érudition, que nous gagnons. Roland Lehoucq réussit un incroyable tour de force : la physique pour réveiller notre aptitude à l’émerveillement. Et ça, ce n’est pas de la SF !

 

Amandine Servais
Réjouisciences

Dans le cadre du Printemps des Sciences prochain (23 au 29 mars 2020), Réjouisciences, la cellule de diffusion des sciences et des technologies de notre Institution, aura le plaisir de s’associer à la Bibliothèque des Littératures d’Aventures (BiLA) pour accueillir Roland Lehoucq à Liège dans le cadre d’une conférence grand public qui explorera les liens entre la science et la fiction. 
En savoir +

Roland Lehoucq, SF : La science mène l'enquête, éd. Le Pommier, 2011

Partagez cette page